U P E W Alger


Mme Benghabrit se remet en cause...

Carte interactive : la durée des vacances scolaires dans d’autres pays

 
15:08  mardi 20 décembre 2016 | Par Zahra Rahmouni | Actualité 

La ministre de l’Éducation nationale Nouria Benghabrit a renoncé, ce mardi 20 décembre, à son projet d’écourter les vacances d’hiver de 15 jours à 10 jours. Sous la pression des élèves, elle a annoncé le début des vacances d’hiver aujourd’hui jusqu’au 8 janvier. Il y a moins de deux semaines, elle justifiait sa décision de réduire la durée des vacances d’hiver par ce qui se fait dans d’autres pays. Nous avons fait la comparaison.

Dans la plupart des pays européens, la durée réglementaire des vacances d’hiver est de 15 jours. Néanmoins avec les weekends et certains jours fériés, les écoliers peuvent profiter d’une durée de congé plus ou moins longue. Par ailleurs, le calendrier varie selon les régions et les différentes zones ou même villes, notamment en France, en Allemagne et en Italie.

 

En France, l’année est divisée en quatre semestres et les élèves prennent une semaine de vacances en automne et au printemps ainsi que quinze jours en hiver. En Allemagne, les élèves ont le droit à dix jours en automne, dix jours en hiver et une semaine au printemps.

Les élèves marocains bénéficient quant à eux de vacances toutes les sept semaines. Le pays a défini trois pôles régionaux qui prennent huit jours de vacances entre novembre et décembre. Puis les élèves ont droit à quinze jours de vacances à la moitié de l’année scolaire avant qu’une nouvelle semaine leur soit octroyée en avril.

Chez nos voisins tunisiens, le régime trimestriel a été délaissé au profit d’une année scolaire divisée en deux semestres. En 2016/2017, les élèves ont ainsi droit à une semaine de vacances toutes les cinq semaines. Durant la trêve hivernale, les élèves profitent aussi de quinze jours de vacances.


20/12/2016
0 Poster un commentaire

Un regroupement de solidarité interdit devant un lycée !

 

 ! Que Justice soit faite sur la mort du lycéen Rachid

rachid.jpg

 

Le jeune Rachid Laifa meurt devant son Lycée à l’Est d’Alger, après une raclée que lui ont infligé, en toute impunité, trois autres jeunes venus d’ailleurs. Le lycéen a été ravi à la vie, à sa famille à la fleur de l’âge devant son établissement scolaire sans qu’aucun agent de sécurité, gardien ou policier, ne soit là pour le protéger, pour le secourir… La cause de la descente punitive contre ce jeune est qu’il aurait conseillé à sa camarade de classe de ne pas fréquenter un de ses trois agresseurs. Le médecin légiste serait catégorique, le lycéen n’est pas décédé suite aux coups qu’il a reçus. Répondant à certaines affirmations prétendant que la victime serait soit diabétique soit cardiaque, ses parents démentent et affirment la parfaite santé de leur enfant. Et puis qu’en est-il du dossier médical de ce lycéen au niveau de son établissement scolaire quand on sait que tous les établissements scolaires disposent d’unités de dépistage et de suivi de la santé des élèves, à fortiori ceux qui ont des problèmes chroniques ? A voir la suite donné à ce tragique incident, l’entière responsabilité de ce drame incombe à l’administration de cette institution éducative surtout que le lycée Mouloud Kacem Nait Belkacem, sis à Dar El Beida, est sans directeur, sans proviseur, sans surveillant général titulaires. Il est à la merci d’un ancien gardien de CEM qui fait la pluie et le beau temps

Ayant appris que les trois agresseurs de leur enfant ont été relâché par la police, les parents de Rachid Laifa et ses camarades avaient lancé un appel, placardé dans tout Dar El Beida, pour un regroupement de solidarité en ce dimanche 04 décembre 2016 à 09h00 devant le lycée Mouloud Kacem Nait Belkacem afin que lumière soit faite sur la mort de leur enfant et aussi pour dénoncer la violence sous toute ses formes 

Ma surprise fut grande en approchant du lycée Mouloud Kacem Nait Belkacem à ne voir que de jeunes policiers en civil aux alentours de l’établissement scolaire. Un groupe de personnes se tenait devant le lycée. Parmi eux, Boualem, un ancien surveillant général de ce même établissement qui était en discussion avec ces personnes, des policiers en réalité. En arrivant à leur niveau, l’une des personnes l’invitait à quitter les lieux. Cette meme personne se retourna vers moi pour me signifier de continuer mon chemin en me disant qu’il n’y avait rien à faire ici surtout que les élèves seraient en compostions. En essayant de lui expliquer que ma présence était d’apporter la solidarité aux parents de la victime, l’une des personnes me demanda mes papiers d’identité tout en me mettant sous mon nez sa carte professionnelle de commissaire de police de Dar El Beida. Tandis que ce commissaire s’est mis à photocopier ma pièce d’identité avec son portable tout en me rappelant qu’il est interdit de se réunir, de se regrouper, de manifester à Alger sans autorisation, un autre policier en civil était en train de nous filmer avec une caméra. Alors qu’il venait de m’invitait à le suivre vers un bus en stationnement où se trouvait une vingtaine de jeunes,  Monsieur le commissaire de police de Dar El-Beida me remit mes papiers en me disant de continuer mon chemin

 

Salah Amer-yahia

Président-fondateur de l’Union des Parents d’Elèves de la Wilaya d’Alger/UPEWA

 

 


04/12/2016
0 Poster un commentaire

Encore et toujours des écoles poubelles à Dar_El_beida !

Lieu du Savoir ou rebut pour l'APC ?

 

 

DSCF7430.JPG

Ecole Tirouche, fermée transformée en parc !

 

Les voies d'accès menant aux écoles 11 décembre , au CEM  Sid Salah et au lycée du Hamiz, naguère occupées par des taudis sont abandonnées à  la gadoue, aux détritus et à la circulation anarchique de véhicules que doivent affronter élèves et leurs mamans... Les service de l'APC, eux , semblent en avoir plein le cœur contre les antres du savoir à voir un dépôt de grabats, d'ordures adossés  au mur de l'école 11 décembre 2.

La plus vieille école du Hamiz et de Dar_el_beida, Tirouche,  a été fermée et transformée en parc par l'APC. 

 

 DSCF7123.JPG

 Lycée du Hamiz et écoles du 11 décembre 1 et 2.

 

Après l'opération de débidonvilisation lancée au Hamiz par Monsieur Zoukh, le wali d'Alger, le président d'APC de Dar_el_beida a fait un affichage par lequel il annonçait l’aménagement des espaces précédemment occupés par des baraquements .  

 

DSCF7449.JPG

Dépot d'ordure adossé au mur de l'école 11 decembre 2


Ces aménagements portaient sur 
l'extension  de l'école 11 décembre 2, dépourvue d'espaces de sport et de jeux,  d'une cantine scolaire, d'un espace de sport de proximité sans oublier de bitumer les voies d'accès, la mise en place des  trottoirs .

Mais depuis, rien n'a été fait si ce n'est un affichage de promesses ou du blabla sur les chaines TV informelles,  El bahdja et autres médias . On ne peut s’empêcher de demander ce qu'est devenu le reste à réaliser de l'enveloppe annoncée en 2009 de 13 milliards pour les voies d'accès du Hamiz 1 dont le tiers de ces voies  était squatté par des taudis. Plus de 3 milliards  en perte et profits ?! 

 

Et certains s'échinent à dire que l'école fabrique de la violence alors qu'elle en subit les conséquences !

 

Pour la section de  Dar_el_beida

Salah Amer-yahia  


07/03/2016
0 Poster un commentaire

Vente de drogue dans les écoles ?

Des mineurs, victimes de leurs aînés !

 

Ce monsieur me fait penser à cet enseignant d'un CEM de Badjarah durant les années 90, président de l'association des parents d'élèves du meme CEM qui accusait les élèves de s'adonner à de la drogue dans un espace vert mitoyen du Cem que ses amis voulaient s'approprier. Il venait de sortir de prison pour délit terroriste ! 
Donc, qui est (sont) fautif(s) ?

Des élèves, des mineurs, entre les mains de leurs éducateurs incapables de les gérer, encore moins de les protéger de la propagation de la drogue en milieu scolaire, si réellement elle existe, ou les dealers qui vendraient leurs marchandises à des mineurs dans l'espace scolaire avec la publicité que leurs font ces représentants de parents d'élèves dans les médias comme ce monsieur qui en parle, en débat à la télévision, au lieu de dire aux téléspectateurs que sont les parents d'élèves ce que lui, leur représentant, a entrepris pour protéger leurs enfants de ce fléau né de l’absence de l'Etat, incapable de protéger la population contre la prolifération de la drogue qui circule en tonnes en Algerie ? 
Ancien président de l'UPEWA,

Salah Amer-yahia

 
Photo de Yasser Lorabi.
Yasser Lorabi
 

‫#‏بدون_تحفظ‬ أين هم جمعية أولياء التلاميذ من المخدرات التي تغزو المدارس؟ ما هي أساليب اغراء المراهقين بالمخدرات؟ وهل يستطيع إسماعيل تحقيق حلمه ورؤية مشروعه مركز علاج الإدمان يتحقق في الجزائر؟ موعدنا سهرة اليوم ابتداء من 21.05.. مشاهدة طيبة

 
 

26/02/2016
0 Poster un commentaire

Une directrice d'école allergique à Vava Inou Va à Réghaia !

Une directrice d'école interdit Yennayer...

 

benghebrit.jpg

 

Cela se passe dans une école de la Cité Aissat de Réghaia, à l'est de la Capitale. Une directrice d'école allergique, pour ne pas dire autre chose, aux instructions de sa hiérarchie et bien évidemment aux festivités de Yennayer, ce nouvel An strictement nord africain, s'est opposé à la dispense de cours de Tamazight comme ordonné par sa hiérarchie.

La journée a semblé trop lourde pour Mme la directrice qui a été jusqu'à interdire à une classe de continuer de chanter le tube de Idir A Vava Inou Va !    

 

 

Le Président fondateur de l'UPEWA

Salah A.Y.


13/01/2016
13 Poster un commentaire